00-EMIA.png01-bourgin.png02-koufra.png03-Belvedere.png04-Zirnheld.png05-verdun.png06-du-Guesclin.png07-narvik.PNG08-strasbourg.png09-glieres.png10-koenig.PNG11-souvenir.PNG12-marceau.png13-brosset.PNG14-cazaux.png15-cardonne.png16-belsunce.png17-chezeau.png18-laurier.png19-broche.png20-cozette.PNG21-centenaire.png22-Leclerc-de-Hauteclocque.png23-borgniet.PNG24-tassigny.png25-lhuillier.png26-dalat.png27-legrand.png28-valmy.png29-bataillon-coree.png30-daboval.png31-capitaine-barres.png32-combat-tule.png33-maine.png34-charchell.png35-Schaffar.png36-gandoet.png37-grande-guerre.png38-berge.png39-campagne-italie.png40-coignet.png41-biancamaria.png42-Ferrieres.png43-lanlay.png44-Colonel-gueguen.png45-delcourt.png46-batie.png47-leray.png48-capitaine-flores.png49-Puy-Montbrun.png50-bigeard.png51-besieres.png52-Ceux-dAfghanistan.png53-Delayen.png54-Nungesser.png55-valetdosia.png56-Mairet.png

"LE TRAVAIL POUR LOI, L'HONNEUR COMME GUIDE"

piece

La devise de l'Ecole Militaire InterArmes est celle de l'ancienne école militaire d'infanterie et des chars de combat de Saint-Maixent. Avant de devenir la devise de l'EMIA, elle était devenue la devise de la Saint-Maixentaise puis de l'association des anciens élèves-officiers d'Active, l'Epaulette.

Le 28 octobre 1967, le conseil d'administration de l'Epaulette, présidé alors par le Général Gandoët, décida d'offrir à l'EMIA cette devise en partage, en ces termes : "Réunis le 28 octobre 1967 au siège de l'amicale des anciens E.0.A., les membres du conseil d'administration de  l'amicale des anciens E.O.A. votent à l'unanimité la motion suivante : l'E.M.I.A. partagera avec l'amicale des anciens E.O.A., la devise quie la Saint-Maixentaise et l'ex-école militaire de l'infanterie et des chars de combat lui ont légué:  "LE TRAVAIL POUR LOI, L'HONNEUR COMME GUIDE". Cette décision est approuvée le 4 mars 1968, par les Ministres des Armées.

En la faisant sienne, l'Ecole Militaire Interarmes a prouvé par là son attachement aux Anciennes Ecoles d'Armes dont elle se veut l'héritière. 


 

"LE TRAVAIL POUR LOI"

emiatravail

Fort de sa foi et de son courage, l'officier issu du rang n'a d'autre alternative pour s'imposer. "Le travail est beau et noble" disait Alfred de VIGNY, "il donne une fierté et une confiance en soi que ne peut donner la richesse héréditaire". 

Conjugué à l'expérience, il donne aussi la compétence, source de confiance pour les subordonnés, et qui, le jour du combat, permettra de limiter la marge d'incertitudes. Mais il implique d'autres qualités: 

  • la force de caractère, qui est le produit du courage et de la volonté. Forgée souvent dans la difficulté et dans l'adversité, elle permet d'oser, d'exiger toujours plus tant de soi-même que des autres, d'entreprendre davantage.
  • l'honnêteté, qui incite à ne pas cacher ses faiblesses, mais plutôt à chercher à les corriger.
  • la rigueur, c'est-à-dire la volonté d'appliquer strictement les règlements, d'aller jusqu'au bout de ses décisions, de ne pas se contenter de "L'à peu près". 
  • la disponibilité, qui amène l'officier à donner la priorité au Devoir.

 


 "L'HONNEUR COMME GUIDE"

photo15L'honneur, ce sentiment de dignité morale qui incite à ne pas démériter de soi-même.

L'honneur de l'officier amplifié par la grandeur de sa mission, et par le voeu implicite de désintéressement vrai du pouvoir et de l'argent que cette mission comporte. Il revêt un double aspect: 

  • individuel, parce qu'il s'agit d'un sentiment inné, d'un impératif personnel basé sur la conscience de la dignité de l'homme, et du respect qu'il se doit à lui même. Il se traduit par une règle de vie dont l'observance rigoureuse assure la tranquillité à l'esprit. 
  • collectif, attaché à la condition de soldat, au métier des armes parce que l'individu agissant en tant que militaire, engage non seulement sa propre personne, mais aussi la collectivité militaire entière. 

L'officier de l'Ecole Militaire Interarmes qui a fait sienne cette devise défend entre autre les valeurs suivantes: 

  • la loyauté, c'est-à-dire la fidélité à tenir ses engagements, à respecter les lois et les conventions librement acceptées. La loyauté accroît la confiance et l'estime réciproque, l'esprit d'équipe. 
  • le courage physique et moral, qui permet de continuer son action avec calme et fermeté en dépit du danger, de reconnaître ses erreurs, mais aussi de faire exécuter ses décisions lorsqu'elles sont justifiées. 
  • le goût de l'effort, parade à l'approximatif, à la routine, à l'égoïsme et au scepticisme. 
  • l'esprit de discipline, pris dans un sens actif et participatif faisant appel à l'intelligence, à l'esprit d'initiative, au sens de la responsabilité.
  • le sens de l'humain, car le commandement n'est autre qu'une relation entre des hommes et que l'efficacité de l'un dépend en grande partie de la qualité de l'autre. Commander exige de comprendre les hommes, de les respecter. 
  • la solidarité enfin, la conscience de la communauté d'intérêt des officiers, de l'Armée et de la Nation en général, entraînant l'obligation morale de ne pas desservir les autres et de leur porter assistance. 

 

 


Sources : Ces informations proviennent de plusieurs travaux de recherche et de synthèse menés par plusieurs promotions EMIA dont la Promotion Narvick et la promotion Général KŒNIG.

ECOLES MILITAIRES DE COETQUIDAN
56380 - GUER CEDEX