00-EMIA.png01-bourgin.png02-koufra.png03-Belvedere.png04-Zirnheld.png05-verdun.png06-du-Guesclin.png07-narvik.PNG08-strasbourg.png09-glieres.png10-koenig.PNG11-souvenir.PNG12-marceau.png13-brosset.PNG14-cazaux.png15-cardonne.png16-belsunce.png17-chezeau.png18-laurier.png19-broche.png20-cozette.PNG21-centenaire.png22-Leclerc-de-Hauteclocque.png23-borgniet.PNG24-tassigny.png25-lhuillier.png26-dalat.png27-legrand.png28-valmy.png29-bataillon-coree.png30-daboval.png31-capitaine-barres.png32-combat-tule.png33-maine.png34-charchell.png35-Schaffar.png36-gandoet.png37-grande-guerre.png38-berge.png39-campagne-italie.png40-coignet.png41-biancamaria.png42-Ferrieres.png43-lanlay.png44-Colonel-gueguen.png45-delcourt.png46-batie.png47-leray.png48-capitaine-flores.png49-Puy-Montbrun.png50-bigeard.png51-besieres.png52-Ceux-dAfghanistan.png53-Delayen.png54-Nungesser.png55-valetdosia.png56-Mairet.png

Les écoles d’armes et la formation des officiers semi-directs avant 1942

La défaite de 1870 souligne la faiblesse du corps des officiers. En effet, deux tiers d’entre eux sont issus du corps de troupe et promus sans réelle formation. Des conséquences de 1870 et des réformes qui s’imposent vont naître différentes écoles d’armes (Infanterie, cavalerie, artillerie, génie, train) où les officiers semi-directs et issus du corps de troupe reçoivent une formation spécifique à leur futur commandement.

 

 

 

 

E.M.I.A.

ECOLES MILITAIRES DE COETQUIDAN
56380 - GUER CEDEX

boutique phototheque

videotheque actu blogs

presse lecture


 

ECOLES MILITAIRES DE COETQUIDAN
56380 - GUER CEDEX